Fermer 


La Chapelle Saint-Martin

Elle est située à l’ouest du village, sur une colline boisée offrant un remarquable panorama sur le village et ses environs ainsi que sur le littoral. « Ici le paysage vaut cependant autant que la chapelle. Tout est beau et il fait bon se rendre à pied en ce lieu et voir ici ou là changer le paysage, au long des échappées de la montée ». Quelques croix datées du XIXe siècle ou parfois plus récentes accompagnent les visiteurs tout au long du chemin d’accès.

Au XIIIe siècle ce lieu cultuel est mentionné. En 1320 elle fut unie à l’archiprêtré de la Basse-Corbière. Le procès verbal de la visite de l’année 1404 par  l’évêque de Narbonne nous apprend que Roquefort avait pour annexe l’église de Montpezat.

Au 17e siècle, plus précisément le 25 mai 1624 une requête auprès de Robert  Fabre consul du lieu est faite par l’archiprêtre Barthélémy Hugonenc qui dit vouloir faire réparer l’église paroissiale Saint-Martin suite aux démolitions intervenues  au 16e siècle (guerre franco-espagnole ) pour pouvoir y faire le service divin. Les registres paroissiaux mentionnent  que de 1608 à fin 1709 les alentours de la chapelle ainsi que son chœur servirent de cimetière aux habitants les plus en vue de la communauté. Un deuxième cimetière dit de l’Hospital situé hors du site recevant les autres.

Au 18e siècle la carte du diocèse établie en 1763 signale à son emplacement un édifice ruiné.

L’édifice actuel fut probablement  élevé au 19e siècle, aucune archive à ce jour ne nous indique les conditions de sa reconstruction. «  Il s’agit d’un vaste bâtiment charpenté, épaulé par de massifs contreforts. Couronné d’une tour clocher carrée particulièrement trapue, percée de baies en plein cintre, (La tour et son environnement peuvent nous rappeler la Toscane).

Dès l’entrée sud  vous êtes reçus par deux chapiteaux sculptés au pied-droit, assez haut en corbeille. Par leur feuillage aux angles vifs ils semblent  du XIII e siècle finissant »,  il s’agit peut être d’un réemploi de l’ancien édifice ? On peut regretter l’obturation de la porte dite porte des morts située aussi sur la façade sud face au chœur. Il subsiste à proximité immédiate de la chapelle un pan de mur que la tradition orale considère comme un vestige de la chapelle  primitive.

Colline et chapelle bénéficient d’un classement au titre de  Site inscrit. 

  

©Association Roquefort Histoire et Patrimoine-Robert Masquet 

Sources :*A.D. 11 3 E 16194.

*Les Anciens pays de l’Aude par Elie Griffe Doyen honoraire de la faculté de théologie de Toulouse. Pages 101/102. Imprimerie Gabelle Carcassonne 1974.

*Dans le jeu de la terre et de la mer par Robert Pirault pages 145/ 148.Serge Candéla éditeur. Narbonne.




tous droits réservé Marc Bey pour Mairie de Roquefort des Corbières

1 rue de la mairie - 11540 - Roquefort des Corbieres - Téléphone : +33 4 68 48 20 47 - Fax : +33 4 68 48 26 53 - mairie@roquefort-des-corbieres.fr